Histoire

article | Temps de Lecture7 min

Histoire de la villa Savoye

Explorez l’histoire d’une maison de villégiature des années 1930, située à deux pas de Paris. Commandée par Pierre et Eugénie Savoye à l’architecte avant-gardiste, Le Corbusier la villa Savoye demeure une icône du Mouvement Moderne, inscrite depuis 2016 au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une maison de campagne moderne

La commande

À la fin de l’été 1928 Pierre et Eugénie Savoye   décident de se faire construire une maison de campagne, sur leur terrain de Poissy, pour y aller le week-end avec leur fils et recevoir leurs amis. Ils choisissent un architecte d’avant-garde, qui a déjà une certaine renommée, dont ils ont découvert les travaux avec la villa Church à Ville-d’Avray  , Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier.

C’est par une lettre, signée de la main d’Eugénie Savoye, qu’est commandée cette maison. Y sont exposés un certain nombre d’exigences techniques :

  • eau chaude,
  • électricité,
  • gaz,
  • chauffage central,
  • précisions sur la distribution des pièces,
  • les ambiances lumineuses,
  • les revêtements des sols ! 

Et on travaille en famille chez Le Corbusier ! Pour cette tâche, il sera assisté de son cousin Pierre Jeanneret.

Villa Savoye, vue générale

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © 11H45 / Centre des monuments nationaux

Des plans à la livraison

Poissy en 1928, c’est la campagne ! Le terrain des Savoye, prairie entourée d’arbres avec une vue dominant la Seine, fait 7 ha. Le Corbusier décide de toucher le moins possible à cet environnement avec une maison au-dessus de la prairie : « La maison reposera sur l’herbe comme un objet sans rien déranger ». Cette idée plaît aux Savoye mais le devis initial est trop élevé. Le Corbusier imagine alors différentes variantes pour aboutir à un cinquième et dernier projet finalement assez proche de la première version.

Imaginez, la construction a débuté avant que le plan final ne soit validé ! Heureusement, Le Corbusier est très actif sur le chantier pour mettre en œuvre ce projet. De nouveaux matériaux, notamment le béton, et de nouvelles techniques de construction sont expérimentés. Ces conceptions sont difficiles à appréhender pour des entreprises encore attachées à la maçonnerie traditionnelle, d’autant que l’ambition d’utiliser des matériaux préfabriqués en usine est finalement impossible. Tout a été coulé ou fabriqué sur place, même les briques de ciment creuses qui remplissent les murs !

Le Corbusier ne construit pas uniquement une maison mais crée une véritable « promenade architecturale ».

Villa Savoye, façade sud-est

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © Jean-Christophe Ballot / Centre des monuments nationaux

Une Icône Moderne

Ce n’est pas une énième maison que bâtit Le Corbusier avec la villa Savoye, c’est LA maison. Elle est l’aboutissement de dix ans de recherches et d’expérimentations. Il y met en œuvre l’ensemble des 5 points d’une architecture nouvelle : des pilotis, une longue fenêtre en bandeau, un toit plat, un plan libre, des façades libres.

 

  1. Les pilotis vont permettre de détacher la maison du sol et de supprimer les murs porteurs : l’étage soutenu par des pilotis semble « une boîte en l’air ». On appelle également ce principe Dom-Ino  .
  2. Une longue fenêtre en bandeau pour ouvrir largement sur le panorama : on profite amplement du paysage qui devient un véritable tableau. 
  3. Un toit plat pour augmenter la surface habitable et y installer un solarium, un équipement très novateur en 1931 !
  4. Un plan libre pour agencer l’espace intérieur sans contrainte, comme dans le séjour avec la monumentale baie vitrée coulissante qui remplace le mur côté jardin intérieur.
  5. Des façades libres pour varier les effets de formes : un mur de forme courbe protège des vents dominants le solarium, une ouverture rectangulaire cadre la nature alentour.
Villa Savoye, angle des façades sud-ouest et sud-est

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © 11H45 / Centre des monuments nationaux

Le monde évolue, l’habitat aussi

Tout cela est rendu possible avec l’évolution des matériaux, comme le béton que Le Corbusier étudie depuis le début de sa carrière.

Mais la villa Savoye c’est aussi l’intégration de la voiture comme élément à part entière de l’habitat. Saviez-vous que c’est la voiture des Savoye qui détermine la forme du hall d’entrée et les dimensions du péristyle ! 

Villa Savoye, hall d'entrée, escalier

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

Un prototype sans suite !

La loge du jardinier à l’entrée du parc de la villa Savoye est aussi l’unique exemplaire construit de « projet d’habitat minimal » conçu par Le Corbusier à la toute fin des années 1920. Une mini villa de 45 m2 pour accueillir une famille de 3 personnes où l’architecte place une cloison coulissante fermant la cuisine en mode nuit, ou fermant la chambre en mode jour et des rangements maçonnés sous les fenêtres, évitant les places perdues.

Alors convaincu par cette Icône Moderne ?

Villa Savoye, maison du jardinier

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © Laurent Gueneau / Centre des monuments nationaux

« Les Heures claires »

Surnommée par les Savoye « les Heures claires », la villa Savoye est traversée de part en part par le soleil, capté des 4 côtés par la longue fenêtre en bandeau qui fend sur toute la longueur de l’étage. Des lanterneaux  , ouverts dans les toits plats, créent des puits de lumière jusque dans le garage ; idyllique pas vraiment !

Très rapidement après leur installation la famille Savoye constate que l’eau pénètre dans les pièces par les lanterneaux et le long de la rampe, et que la villa est difficile à chauffer. Le couple découvre au fur et à mesure des malfaçons, dont ils se plaignent en envoyant des lettres de réclamation à Le Corbusier. Ces désagréments forceront les Savoye à ne venir qu’aux beaux jours, comme au printemps 1939 pour les fiançailles de leur fils Roger.

Villa Savoye, façade sud-est, vue partielle

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © 11H45 / Centre des monuments nationaux

Une maison oubliée

Oubli et menaces

Après la déclaration de la seconde guerre mondiale le couple Savoye se réfugie quelques temps à Poissy puis en mai 1940 rejoint la province. La villa est réquisitionnée par les Allemands, qui en font un point d’observation stratégique sur la vallée de la Seine et les usines Ford pendant l’occupation. 

À la Libération c’est l’armée américaine qui s’y installe. À la fin du conflit la maison est très endommagée : vitres cassées, radiateurs gelés, parquet abîmé. En 1945, lorsque les Savoye retrouvent leur maison, tout est à refaire ! Ils renoncent à se lancer dans les travaux et choisissent deux ans plus tard de transformer la propriété en exploitation agricole avec la maison comme lieu de stockage. Eugénie Savoye vient régulièrement y chercher fruits et légumes. 

Dans les années 1950, la ville de Poissy est en pleine croissance et doit créer des logements. Le plateau agricole est l’emplacement idéal aussi en 1958, la ville de Poissy achète la propriété des Savoye projetant d’y construire un lycée. En attendant la concrétisation du projet, la villa est transformée en espace culturel pour les jeunes.

Villa Savoye, angle des façades sud-ouest et sud-est

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © 11H45 / Centre des monuments nationaux

Une maison classée

Inquiétés par le projet de la ville de Poissy de raser la villa, des architectes se mobilisent et constituent un comité pour sa sauvegarde.  En 1959, le ministre de la Culture, André Malraux, prend des mesures pour conserver la villa, que la ville cède à l’État avec un terrain de 1 hectare. Les restaurations commencent en 1963, et en 1965, la villa est classée Monument Historique. Depuis ce classement il y a eu deux autres programmes de restauration et des recherches sur la polychromie des murs.

Consécration en 2016, 17 sites imaginés par Le Corbusier, répartis sur 7 pays et 3 continents, sont inscrits par l'UNESCO sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité, dont la villa Savoye !

Façade sud-ouest Villa Savoye, pilotis, ouvertures non vitrées
Façade sud-ouest de la Villa Savoye, pilotis, ouvertures non vitrées

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © Jean-Christophe Ballot / Centre des monuments nationaux

L’ouverture à la visite

Afin d’améliorer la conservation et l’état de présentation des intérieurs de la villa Savoye, une campagne de réfection a été mené à l’automne 2022. C’est dans le même objectif que la loge du jardinier fait l’objet d’une nouvelle campagne d’étude pour définir les protocoles d’intervention en vue de programmer des travaux de restauration. 

La villa se visite toute l’année, présente des expositions et propose des visites adaptées à tous les âges !

Découvrez le programme avec notre agenda.

Villa Savoye, façade sud-est, vue partielle

© FLC (Fondation Le Corbusier) - ADAGP © 11H45 / Centre des monuments nationaux